Quand le web se mobilise pour la liberté de la presse

Charlie Hebdo

L’attentat sur Charlie Hebdo, d’une violence extrême, a entraîné une vague de réactions d’une ampleur rarement vue. Soutien, commentaires, spéculations, rassemblements, théories : les réactions sont nombreuses car tout le monde se sent touché par ce drame.

Lors des formations réseaux sociaux, chez Quatrys, on rencontre des personnes qui doutent de leur intérêt ou qui sont effrayés par leurs possibilités.

Nous souhaitons donc revenir sur cet évènement afin d’exprimer notre tristesse : chez Quatrys aussi, nous sommes Charlie. Nous voulons aussi montrer la force que peuvent avoir ces réseaux dans les mobilisation spontanées pour la liberté et contre la tyrannie.

Yael Abrot : #JeSuisCharlie et inconsolable.

Le bilan lourd et la violence de l’action qui s’est déroulée en plein Paris ne sont pas les seules causes qui ont déchaîné cette vague de réactions en France et dans le monde : à travers Charlie Hebdo, c’est un symbole de la République qu’on a attaqué.

Charlie Hebdo est une institution, un poil à gratter, un satyre de la société volontiers acide qui dérange et attaque tous azimuts : ce n’est pas la première fois que le journal est menacé. Mais, jusqu’ici, personne n’avait essayé de s’en prendre aux journalistes et dessinateurs de l’Hebdo : c’est la liberté de la Presse qui prévaut.

Et au fond c’est ça, c’est l’attaque contre la liberté de la presse, et contre les valeurs démocratiques, qui dérange et qui revient le plus souvent dans les réactions visibles sur Internet.

La Paladine : #JeSuisCharlie indignation. Vous n'aurez pas notre liberté d'expression.

#JeSuisCharlie

Toutes les réactions se rassemblent autour de #JeSuisCharlie sur Twitter. Ce Hashtag a été utilisé plus 45 000 fois avant 14h45 le jour même de l’attentat (Source Le Figaro). A 18h  il y avait déjà plus de 2 millions de Tweets ayant cité Charlie-Hebdo (source : Atlantico). Un véritable embrasement, et un impact jamais vu : cela dépasse le précédent record tenu jusqu’ici par les réactions au score du match Brésil-Allemagne de la Coupe du Monde. Et la mobilisation est mondiale, ce hashtag a été traduit et est utilisé partout dans le monde :

Diffusion #JeSuisCharlie

#JeSuisCharlie et le visuel qui l’accompagne sont arrivés sur Twitter quasiment instantanément, et alors même que la situation était encore en cours.

Twitter a été utilisé non seulement pour réagir mais aussi pour s’informer sur les développements de la situation, alors que le bilan fluctuait et que les spéculations et théories s’échafaudaient. Les réseaux sociaux ont permis d’avoir des informations brutes, non vérifiées, mais tout de suite : des vidéos amateurs des évènements tournaient sur Twitter, Facebook bien avant d’être visibles à la télévision.

Le 11 septembre 2001, tout le monde se tournait vers les JT. Aujourd’hui le réflexe d’information est en train de changer face au besoin de réponses immédiates ressenti face à un tel évènement.

Mobilisations

De nombreux rassemblements ont eu lieu dans toute la France pour protester face à un tel attentat.  Dès le soir même, des milliers de personnes se rassemblaient dans les grandes villes suivant des appels sur Facebook :

Page JeSuisCharlie sur Facebook

Bien plus puissant et rapide qu’un appel à manifester dans les médias, ces évènements Facebook ont su mobiliser des milliers de personnes très rapidement. Ces manifestations spontanées montrent le pouvoir des réseaux sociaux pour fédérer des énergies.

Et c’est sans compter les milliers de vidéos YouTube qui continuent de déferler, pour relayer l’évènement, pour montrer les mobilisations et les hommages ou simplement pour dire « j’étais là ».

La mobilisation sur la toile est forte car elle permet à l’ensemble de la population de s’exprimer. C’est là que réside la vraie chance du monde digital : permettre à chacun de donner sa voix et en l’occurrence montrer son indignation et son chagrin.

Nous finirons par une phrase de Laurent Joffrin :

« Contre les crayons, les fusains et les bulles, ils ont sorti les kalashnikovs. Quel aveu de faiblesse ! Quand on n’a pas d’arguments, on tire. »

Pour la liberté d’expression, pour l’ironie et la satire

#JeSuisCharlie.

À propos de Rémi

Chargé de Webmarketing chez Quatrys à Castres et Albi (Tarn)
Ce contenu a été publié dans WebMarketing, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.